MICHEL DEVILLE FLMOGRAPHIE

Adorable Menteuse

Michel Deville Adorable Menteuse

Juliette et Sophie sont deux sœurs aussi belles que différentes : la première est une incorrigible menteuse, la seconde est si franche qu'elle gaffe régulièrement. L'amour va les mettre chacune à l'épreuve.

France / 1961 / 120 min
Avec Marina Vlady, Macha Méril, Michel Vitold.
Réalisation Michel Deville
Scénario et adaptation Nina Companeez et Michel Deville
Dialogue Nina Companeez
Musique Jean-Jacques Grunenwald, dit Jean DALVE
Montage Nina Companeez
Lumière Claude Leconte
Cadrage Robert Foucard
Son Jean Rieul

EXTRAITS CRITIQUES

  • Rien n’est plus difficile à réussir qu’un film vif, drôle, rapide et léger, rien n’est plus difficile à réussir qu’une comédie qui soit à la fois nerveuse, spontanée et sensible. Ce tour de force, Michel Deville l’a réussi avec « Adorable Menteuse ».
  • Une bonne humeur jamais forcée, jamais vulgaire. Un mouvement dansant. Un certain plaisir d’être et sans nulle violence hostile. Le bonheur, tout simplement. Ce goût du bonheur, que le cinéma français avait depuis fort longtemps oublié, Michel Deville le retrouve avec une facilité et une aisance étonnantes, avec un naturel et une grâce admirables. Cette élégance d’écriture, déjà très nette dans « Ce Soir ou Jamais », s’impose d’une façon plus évidente encore dans « Adorable Menteuse ».

  • Une extraordinaire intelligence des comédiens… Il n’y a que Cukor pour diriger aussi lucidement, une lucidité sensible, une comédienne. On tient là un metteur en scène de très grande classe. L’un des plus doués de la jeune génération. Après « Adorable Menteuse » qui confirme la révélation de « Ce soir ou Jamais », il n’est plus permis de douter.

COMBAT – Pierre Marcabru